Gérer le protocole io-homecontrol dans jeedom

Ah, la domotique par les pros… ou pourquoi faire simple quand on peut faire complexe, chiant, fermé et cher.

Vous n’avez jamais entendu parler d’io-homecontrol ? Et bien … Pour ceux qui ne connaissent pas ce protocole, allez voir ce joli site le présentant.

Alors sur le papier d’internet, ça claque, on vend du rêve. Dans la réalité…

Détails du protocole

Il s’agit d’un protocole fermé, propriétaire, sans fil, basé sur les fréquences radio 868Mhz, utilisé par certaines grandes marques. Typiquement les volets roulants Somfy, les portails électriques, les radiateurs électriques compatibles « Cozytouch » de chez atlantic, sauter…

Les points positifs du protocoles :

  • gestion du retour d’état (pratique pour indiquer le pourcentage d’ouverture de volet …)
  • une sécurité renforcé, idéal pour les alarmes
  • la facilité de mise en oeuvre, et la présence de beaucoup de matériels « pro » pour les artisans.

Les points négatifs du protocole :

  • Il est verrouillé de partout. Pas d’API ouverte. Passez votre chemin, gens de l’open source…
  • Il nécessite un serveur central, unique. Pas de maillage intelligent.
  • Il est sur une fréquence qui peut être perturbé / brouillés facilement.

Chaque appareil possède une clé (unique) de sécurité ET un identifiant de son type de matériel. Sauf que … et bien, pour contrôler l’appareil, il faut passer par un nœud central (serveur / matériel) qui doit « reconnaître » le type du matériel. C’est à dire que pour chaque type d’appareil, il faut que ça soit codé en dur dans le serveur. A priori il n’existe pas de type « chauffage électrique » unifié, de type « volets roulants à pourcentage ». Chaque serveur central doit avoir une liste d’appareils connus ET contrôlable par lui.

Par exemple : les « box » cozytouch peuvent contrôler les radiateurs, mais pas les volets roulants. Et les box tahoma peuvent contrôler certains radiateurs cozytouch, mais pas tous… Et la freebox delta ne sait pas contrôler les radiateurs. 3 box différentes, 3 fois le même protocole, 3 compatibilités différentes. On a vu plus simple …

Utilisation en domotique

Forcément, avec toutes ces qualités, les logiciels open-source n’ont pas de protocole IO. … et ne l’auront surement jamais. Open-hab a un topic sur le sujet de hacking du protocole. Mais ça n’avance pas … le protocole est bien sécurisé.

Si le protocole n’est pas craqué, il existe d’autres méthodes de contrôle :

IO or not IO ?

Est ce qu’à l’heure actuelle on a besoin de s’embêter avec IO ? Et bien, ça dépend… de vos besoins. Mais sachez qu’il existe des équivalents à presque tous les produits IO-homecontrol dans d’autre protocoles. Et souvent moins cher, car les puces Zigbee, Z-wave ou Wi-Fi sont produites en grand nombre.

  • les radiateurs connectés commencent à avoir des puces wifi et des logiciels de contrôle à distance (type « heatzy »).
  • Des moteurs de volets roulants compatibles Zigbee (profalux…), Z-wave sont déjà disponibles.
  • Les prises électriques type TP-link (wi-fi) ou ikea Tradfri (zigbee) coutent bien moins cher que leurs équivalents IO-homecontrol
  • Les caméra, ethernet, wi-fi…
  • Les éclairages : Signify « Philips » Hue (Zigbee), Yeelight (Wi-Fi) …
  • Les carillons connectés (Doorbird, Arlo, netatmo…)

Seule catégorie qui résiste encore et toujours à l’envahisseur au Z, les moteurs de portails électriques et de garage. Et encore, avec un peu de bricolage, on peut les rendre Z-Wave contrôlable… Et cet avantage n’aura qu’un temps…

Zorglub, vrai inventeur du Z-wave ?

Sachant que le protocole n’apporte rien de plus par rapport à d’autres protocoles qui sont supportés par plus d’acteurs … voir les mêmes : Somfy, Atlantic, Velux, font partie des supporters de io-hometouch ET de la Zigbee Alliance, je ne donne pas un grand avenir à l’IO-homecontrol pour la domotique « personnelle » type jeedom.

Pour le grand public, la question peut encore se poser. Mais pour combien de temps….

Yeelight activer le mode développeur

Suite à une mise à jour de mes ampoules Yeelight, celles-ci ont disparu de Jeedom. Il a fallu les réautoriser dans l’équivalent du mode développeur. Donc, si cela vous arrive : voici un tutorial rapide.

Attention, il faut absolument passer par l’application Yeelight, pas via l’application Xiaomi mi home.

Démarrer l’application Yeelight, ajouter votre ampoule si ce n’est fait. Puis cliquer dessus, vérifier que vous la contrôlez bien.

Cliquer ensuite sur le bouton éjection

Enfin, activer le mode « contrôle sur réseau local »

Et voilà, that’s all folks!

Inspiration du week-end (Episode VII)

Comme (presque) tous les dimanches, voici deux / trois liens vers des tutoriaux d’autres sites pour donner des idées d’inspiration en domotique. Pour le coup, il s’agit de tutoriaux lumineux 🙂

Lorsqu’on cherche à connecter les luminaires de sa maison, on peut utiliser trois technos : des ampoules connectés (Philips Hue, Xiaomi Yeelight etc.), des modules connectés à intégrer dans les boîtiers interrupteurs, dans les murs (Sonoff, Shelly…) et enfin, la 3e option c’est de changer ces interrupteurs pour des versions connectés (Legrand) et/ou tactiles (Livolo, Broadlink TC2).

Concernant les Sonoff et Shelly, j’avais déjà partagé quelques liens : https://www.skipcool.ovh/2019/01/27/inspiration-du-week-end-3e-edition/ … Je n’en parlerai pas plus.

Les ampoules connectés et Jeedom

Tutorial : plugin Philips Hue dans Jeedom par Domotique Techoseb27

Tutorial : les ampoules Yeelight dans Jeedom par Tests, Avis & Compagnie

Bonus : Comparaison des Xiaomi Yeelight V1 et V2 par Domo-attitude

Les interrupteurs connectés et tactiles

Les Broadlink TC2 sont des interrupteurs radio (433Mhz) On peut donc les inclure via … les récepteurs broadlink et donc le plugin broadlink de Jeedom. A ma connaissance, il existe une seule méthode identifiée pour les inclure sur le forum de Jeedom

Test des livolo en Zigbee par Domo-attitude . A noter que, comme broadlink, il existe également des versions 433Mhz

Note : si Zigbee est un protocole bien plus pratique que les fréquences 433 Mhz, permettant des retours d’états et une inclusion avec du matériel divers, il a d’autres inconvénients non cités dans l’article, comme le partage de fréquence avec le Wi-Fi. Voir l’article suivant (en anglais) pour les détails techniques : ZigBee and WiFi Coexistence.

Jour …Nuit…

Bon dimanche à tous.