Octoprint et webcam 1080p HD Papalook PA452

une bête webcam

Pour ceux qui ne connaissent pas le logiciel octoprint, il s’agit d’une distribution pour raspberry-pi permettant la surveillance des impressions 3D via USB ou autre. C’est très pratique pour vérifier que tout va bien.

Couplé à un logiciel type jeedom, nous l’utilisons pour nous transmettre le status des impressions et ainsi couper l’imprimante 3D si un souci est détecté.

En bonus non négligeable il est également possible de rajouter une webcam pour réaliser des vidéos, voir le résultat de l’impression etc.

Continuer la lecture de « Octoprint et webcam 1080p HD Papalook PA452 »

Tour de température customisable

Lors de l’utilisation d’une nouvelle bobine de filament il est important de définir les meilleurs paramètres d’impression pour le filament. En effet suivant la marque, la couleur ou le type de matériau la température d’extrusion peut être différente.

Pour savoir quoi utiliser on imprime une tour de température. Il en existe de nombreux modèles mais j’ai choisi celle-ci qui a l’avantage d’être customisable (tour de température)

Le principe d’utilisation est décrit dans thingiverse mais ça n’a pas marché directement. Voici la marche à suivre qu’on a appliqué pour avoir le Gcode qui va bien.

  • Installer Openscad et ouvrir le ficher .scad présent sur thingiverse. Dans le logiciel dans la partie à gauche il est possible d’éditer la tour de température en indiquant la température de la base, la température en haut et le step de changement, ici par exemple 220 vers 190 avec un pas de 5 degrés
/* [General] */
// temperature of the first lowest block
start_temp = 220;
// temperature of the last highest block
end_temp = 190;
// change in temperature between successively printed blocsk
temp_step = 5;
  • Aller ensuite dans le menu conception puis choisir « Rendu (F6)« . Le fichier 3D va se modifier pour correspondre aux valeurs de température choisies.
  • Une fois terminé dans Fichier choisir Exporter et Exporter le fichier en stl
  • Ouvrir ce fichier stl nouvellement créé dans Cura
  • Choisir un profil avec des couches de 0,2 mm et définir une température d’impression de 200° et une température de bed à 60° (pour du PLA)
  • Laisser le slicer travailler et enregistrer le .gcode
  • Il faut ensuite appliquer un script Python (fourni sur Thingiverse) pour intégrer les températures définies aux bonnes couches. Pour cela j’ai utilisé notre serveur linux car je n’avais pas envie d’installer Python sur mon PC.
  • Il faut modifier le fichier gcode pour le convertir au format Linux car il provient de Windows via la commande dos2unix puis le lancer avec la commande suivante  en complétant avec ses propres valeurs

dos2unix monfichier.gcodepython setLayerTemperatur.py -s STARTTEMP -e ENDTEMP -t TEMPSTEP -f monfichier.gcode
  • Là le script affiche les couches pour lesquelles la température a été modifiée et créé un nouveau gcode commençant par OUT. Il est possible de conserver ce fichier pour l’utiliser avec toutes les nouvelles bobines que l’on utilise.

Check-list de démarrage avec la CR-10

Ça y est notre CR-10 devrait arriver cette semaine tout est en place à la maison pour l’accueillir.

Petit rappel des grandes étapes et contrôles principaux à réaliser.

  1. Pendant le déballage penser à faire un unboxing avec photos au cas où il manquerait des pièces ou que certaines pièces soient abîmées.
  2. Une fois tous les éléments sortis du carton vient l’étape du montage. Le mode d’emploi fourni n’est pas forcement très clair mais il existe d’excellentes vidéos sur Youtube (iciiciiciici ou en anglais ici). Il faut vérifier que tous les éléments coulissent bien sur leur axes (plateaux, axes..) et que les courroies soient bien tendues.
  3. Quand le montage est terminé, bien penser à resserrer toutes les vis de la machine, même celles qui étaient déjà en place
  4. Ensuite vient l’heure du réglage du plateau. Le principe c’est qu’il faut mettre en chauffe le plateau et la buse et régler la hauteur du plateau (au 4 coins et au centre) pour qu’une feuille de papier puisse passer entre la buse et plateau mais que ça accroche un peu. Il faut refaire l’opération 3-4 fois pour être sûrs que le niveau soit bien fait. C’est la base pour que les objets imprimés collent bien sur le plateau. Quelques vidéos qui expliquent comment faire (ici et ici)
  5. Pour finir c’est le moment de lancer les premières impressions, et en particulier toutes les améliorations type molettes de réglages, supports de câbles etc… Pour faire simple il y a aussi quelques Gcode dans la carte SD fournie avec l’imprimante, ça permet de tester sans avoir besoin de slicer. Attention le fichier du Neko est corrompu, il n’a pas de tête c’est « Décapicat »

La CR-10 permet de réaliser des impressions très propres sans avoir grand chose d’autre à faire. On peut ensuite imprimer des Benchmarks pour vérifier les dimensions obtenues et l’aspect des pièces (voir l’article sur les benchmarks)