Installer OpenWRT sur une borne unifi

Les bornes unifi sont des super produits pour les pros. Mais pour ceux qui en veulent toujours plus et se retrouvent limité par le système (sic…) il est possible d’aller encore plus loin. En effet, ces bornes sont toutes basés sur une version du système d’exploitation OpenWRT. Donc forcément compatible avec le système.

Bon, en vrai, la LED je la désactive

On a la confirmation en se connectant en ssh à la borne.


cat /etc/openwrt_release
DISTRIB_ID='LEDE'
DISTRIB_RELEASE='17.01.6'
DISTRIB_REVISION='r3979-2252731af4'
DISTRIB_CODENAME='reboot'
DISTRIB_TARGET='ar71xx/ubnt'
DISTRIB_ARCH='mips_24kc'
DISTRIB_DESCRIPTION='LEDE Reboot 17.01.6 r3979-2252731af4'
DISTRIB_TAINTS='no-all mklibs busybox'
UnifiAP-AC-LR-BZ.v4.0.80# cat /etc/openwrt_version
r3979-2252731af4

Jusqu’à il y a peu, il était possible d’installer des paquets supplémentaires via opkg… Mais voilà, depuis, ubiquiti l’a interdit 🙁

Mais on peut installer OpenWRT, en perdant par contre la partie « gestion » via le logiciel unifi controller. A vous de voir ce qui vous intéresse.

Dans le cas ou vous souhaitez installer OpenWRT, c’est possible via le tutorial suivant :

https://openwrt.org/toh/ubiquiti/unifiac

ATTENTION pour le package mtd, j’ai du utilisé celui-ci https://downloads.openwrt.org/releases/17.01.6/packages/mips_24kc/base/mtd_23_mips_24kc.ipk

Pour l’installation, j’ai du le décompresser via 7-Zip sur mon poste de travail et j’ai du ensuite recopier l’exécutable dans le dossier /sbin de la borne.

Ensuite : redémarrage, et tout fonctionne du premier coup.

L’inconvénient, c’est que si on a plusieurs routeurs, ou plusieurs bornes, on risque de se retrouver en réseau local avec plusieurs DHCP (bof) et plusieurs DNS (rebof)

Heureusement, on peut facilement configurer les routeurs OpenWRT en mode « Dump AP » (Ce qu’on peut traduire par « point d’accès déversoir »…)

https://openwrt.org/docs/guide-user/network/wifi/dumbap

Zou, je retourne à ma configuration 🙂

Best method ever from Saturday Night

Connaître le niveau de batterie d’un appareil android sur jeedom

L’article suivant décrit le process permettant la mise en place d’un script ssh sous Jeedom;

Tutorial niveau et status batterie sous jeedom

Les adaptations nécessaires et les limitations :

  1. Si le téléphone ou la tablette est hors ligne, cela affiche un avertissement.
  2. Il faut fixer l’adresse IP de la tablette ou du smartphone
  3. Sur les versions récentes d’android, on ne peut pas afficher directement le status en charge / décharge ; Il faut utiliser un contournement suivant pour avoir l’info « Charging » / « Discharging » puis l’afficher via un widget. (voir le code ci-joint et la capture décran)
  4. Toujours sur les versions récentes d’android, l’application SSH doit être lancé ET visible en arrière plan, sinon ça ne marche pas. Si on oublie, pas d’info.
ssh -p 2222 <adresse IP> cat /sys/class/power_supply/battery/uevent | grep STATUS  | cut -d'=' -f2

Calibration de la CR-10

Depuis la remise en route de ma CR-10 après une longue période de stockage je rencontre toujours des problèmes.

Voici quelques liens pour expliquer les calibrations de base :

  1. Réglage du PID de la tête chauffante pour avoir une montée en température constante et une température d’impression constante : https://3dprinting.forumactif.org/t226-reglage-du-pid-aux-petis-oignons 
  2. Calibration de l’extrudeur puis calibration des moteurs des axes : https://mattshub.com/blog/2017/04/19/extruder-calibration (à coupler avec mon article sur la calibration des axes X, Y, Z (ici)

J’ai réussi à imprimer avec Cura un cube XYZ avec les bonnes dimensions et mon extrudeur imprime la bonne quantité de plastique.

Maintenant le problème suivant est au niveau du réglage de la rétractation. Avant j’avais une valeur de 6,2mm dans S3D avec une vitesse de rétraction de 80 et au final le plastique remontait trop haut et bouchait la buse.

J’ai changé la buse, nettoyé le corps chauffant et baissé la rétractation.

J’ai appliqué la méthode décrite ici : https://www.matterhackers.com/articles/retraction-just-say-no-to-oozing  avec le modèle disponible ici : https://www.thingiverse.com/thing:1441887 

J’ai obtenu des cubes très propres avec Cura et avec S3D avec des valeurs de rétractation entre 5 et 6mm et une vitesse de rétractation aux alentours de 45 mm/s.

Avec Cura j’ai mis la rétractation à 5,2mm et j’ai tenté l’impression de la tour Eiffel et c’est une catastrophe. Il y a des filaments de plastique partout et les morceaux sont difformes a cause des bulles plastique qu’il y a partout.

Je ne vais pas refaire des Tour Eiffel jusqu’à ce que ce soit bon mais j’ai trouvé un modèle qui reproduit correctement le problème sans être trop gros (https://www.thingiverse.com/thing:2510164).

J’ai demandé des conseils sur le groupe Facebook pour essayer de résoudre mes problèmes. Globalement la réponse a été d’augmenter un peu la rétractation et surtout de baisser la température de la buse. J’ai donc fait différents essais et avec une rétractation à 5,5mm et une température de 200°C j’obtiens un rendu plutôt propre avec encore quelques petits fils.

Le filament Arianeplast à vraisemblablement une tendance à couler car les autres personnes qui l’utilisent ont des distances de rétractation de 6,5 à 7 mm. Je vais poursuivre mes essais pour tenter de ne plus avoir du tout de fils mais en tout cas le rendu est vraiment meilleur avec mes paramètres actuels.

A chaque nouveau filament utilisé je préconise les étapes suivantes :

  1. Imprimer une tour de température pour choisir la plus adaptée (ici par exemple)
  2. Régler correctement le flow avec le modèle suivant : https://www.thingiverse.com/thing:3397997
    • Valeur de flow = (Distance attendue / Distance mesurée) x valeur de flow utilisée pour l’impression
  3. Régler la rétractation avec le modèle suivant https://www.thingiverse.com/thing:1441887 
  4. Enregistrer ces paramètres en créant une nouvelle version de PLA dans Cura avec la marque et la couleur ou le type du filament